samedi 13 décembre 2014

Les fruits et jus de fruits seraient 10 fois plus antioxydants que ce qu'on croit.



Une nouvelle technique mise au point par des chercheurs de l'Université de Grenade (Espagne) pour mesurer l’activité antioxydante des jus de fruits génère des valeurs qui sont dix fois plus élevées que celles données par les méthodes d'analyse actuelles. Les résultats suggèrent que les tables des capacités antioxydantes de nombreux aliments, pas seulement des jus, devraient être révisées.
Les jus de fruits sont souvent considérés comme bons pour la santé, même si les études récentes ne leur trouvent pas toutes les vertus. Dans certains cas, ils pourraient se comporter comme des boissons sucrées et LaNutrition.fr conseille de choisir chaque fois que c’est possible le fruit entier plutôt que son jus. Les jus de fruits renferment cependant les antioxydants du fruit, comme la vitamine C, les caroténoïdes, les polyphénols, qui aident à contrôler des particules réactives nées du métabolisme, qu’on appelle espèces oxygénées réactives (EOR) ou de manière plus réductrice « radicaux libres ».
Afin d'étudier les composés antioxydants, des techniques qui simulent la digestion des aliments dans le tube digestif sont utilisées. Elles analysent uniquement les capacités antioxydantes des substances absorbées dans l'intestin grêle, soit la fraction liquide de ce que nous avalons. « Le problème est que l'activité antioxydante de la fraction solide (la fibre) n’est pas mesurée, explique José Ángel Rufián Henares, auteur de l’étude, car on pense qu’elle n’est pas bénéfiquePourtant, cette fraction insoluble parvient au côlon et le microbiote intestinal peut l’utiliser et en extraire des substances antioxydantes. »
Son équipe a mis au point une technique appelée «réponse antioxydante globale» (RAG), qui fait appel à une simulation in vitro de la digestion gastro-intestinale qui se produit dans le corps, tout en tenant compte de capacité antioxydante « oubliée » de la fraction solide.
La méthode, dont les détails sont publiés dans la revue Food Chemistry, comprend des évaluations de divers paramètres physiques et chimiques, tels que la couleur, la fluorescence et la relation entre les concentrations analysées et des marqueurs tels que le furfural.
En appliquant la technique aux jus d'orange commercial et naturel, aux jus de mandarine, citron et pamplemousse, l’équipe a montré que leurs valeurs augmentent considérablement. Par exemple, dans le cas de jus d'orange, la valeur varie de 2,3 mmol Trolox/L (une mesure de la capacité antioxydante) avec une technique traditionnelle, à 23 mmol Trolox/L avec la nouvelle méthode RAG, soit 10 fois plus.
"L'activité antioxydante est, en moyenne, dix fois plus élevé que ce qui tout le monde pensait jusqu'à présent, et pas seulement dans les jus, mais aussi dans tout autre aliment analysé avec cette méthode", souligne le Pr Rufián Henares.
Précisions : La mesure du pouvoir antioxydant peut être effectuée selon plusieurs techniques, comme l’ORAC, le FRAP ou dans le cas de cette étude, le TEAC (Trolox-Equivalent Antioxidant Capacity). Le TEAC est basé sur la suppression de l’absorbance des cations radicaux d’une substance appelée ABTS ( 2,2′-azinobis(3-ethylbenzothiazoline 6-sulfonate)) lorsqu’elle est incubée avec une peroxydase (metmyoglobine) et de l’eau oxygénée (ou peroxyde d’hydrogène H2O2). Les antioxydants ajoutés neutralisent les radicaux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fruits et légumes d'octobre

L'alimentation végétale offre une grande variété et de belles couleurs. C'est joyeux et délicieux Bon appétit !